Monday, 26 September 2011

Le Rat trouve son Groove

Il est facile de se sentir désolé pour Mahmoud Abbas, président de l'Autorité nationale palestinienne. Depuis qu'il a été élu pour succéder à Yasser Arafat le charismatique en 2004, M. Abbas a vécu comme un rat qui est pris entre un gorille en colère et un éléphant ivre sur une main et un essaim de frelons très en colère de l'autre. En ce qui concerne Israël et les Etats-Unis sont concernés, M. Abbas a été totalement inefficace dans le respect violents extrémistes islamiques sous contrôle et donc il n'a pas réussi à garantir la sécurité israélienne. En ce qui concerne le mouvement islamiste du Hamas sont concernés, M. Abbas a vendu le peuple hors d'Israël et l'Occident. Les deux parties ont fait un point de placer M. Abbas au point collant entre le feu et la poêle à frire. Quand il a permis au Hamas de se présenter aux élections, ils ont eu l'audace de le gagner à un concours électoral équitable. En tant que tel, Israël et l'Amérique ont décidé de le punir en les retenues d'impôt dont l'Autorité palestinienne se lève sur les Palestiniens, mais sont collectées par Israël. Quand il a essayé d'apaiser les Israéliens et les Américains par le Hamas saccage du gouvernement d'union que l'Arabie a aidé négocier, ils ont rapidement pris la bande de Gaza par la force et malgré les sanctions et l'invasion israélienne en 2008, ils ont effectivement réussi à courir quelque chose ressemblant à un Etat viable. Pour être juste envers M. Abbas, la tâche de diriger l'Autorité palestinienne n'a jamais été une tâche facile. Comparé à son prédécesseur, M. Abbas est terne et sans intérêt. Dites ce que vous aimez à propos de M. Arafat, mais quand il parlait, il pourrait amener les gens dans les bras ou à déposer les armes. En revanche, M. Abbas ne semble en mesure d'amener les gens à se moquer de lui. Il n'a pas non plus aidé que ses homologues israéliens et américains ont montré l'inférieur à zéro respect. Premiers ministres israéliens, Ehud Olmert et Benyamin Nethanyahu ont mis un point d'humilier M. Abbas à chaque fois qu'ils ont eu la chance. M. Abbas dit qu'il va négocier pour la paix en échange de la terre - l'israélien se déplacer plus rapidement les colons en Cisjordanie comme ils s'assoient pour négocier. Pas tout que M. Abbas ne peut être attribué à quelqu'un d'autre. Ne nous leurrons pas, le Hamas a pris pied avec le peuple palestinien parce qu'ils ont été tout ce que M. Abbas a été incapable de l'être. Le Hamas, comme la plupart des observateurs neutres ont souligné, a remporté les élections en Janvier 2006, car ils ont couru les administrations honnêtes et compétents dans les territoires palestiniens. En revanche, les régions dirigées par le parti de M. Abbas Fattah étaient en proie à la corruption. Le monde occidental peut condamner le Hamas pour avoir refusé de reconnaître le "droit d'Israël à exister", mais autant que bon nombre de Palestiniens sont concernés, le Hamas se bat pour les intérêts palestiniens, plutôt que les intérêts israéliens et américains. Bien sûr, Israël n'a bombe bleue à la bande de Gaza en 2008, mais aussi loin que la plupart des Palestiniens sont concernés, ce n'est pas pire que ce qui se passe en Cisjordanie - Israël prend simplement la terre que tout le monde en ce qui concerne palestinien. M. Abbas a personne à blâmer que lui-même à cet égard. Avait été de son parti un peu plus honnête et un peu plus enclins à la prospérité du peuple palestinien, la menace qu'il fait face au Hamas serait beaucoup moins grave. On pourrait penser que M. Abbas aurait simplement se retirèrent dans un trou pour échapper à ces pressions. Personne ne le lui reprocher s'il le faisait. Toutefois, il a récemment semble avoir trouvé son groove au grand dam du Premier ministre israélien Benyamin Nethanyahu et les islamistes du Hamas. La décision de M. Abbas d'aller directement à l'ONU pour plaider la cause de l'Etat palestinien est une brillante initiative stratégique. Il est clair qu'il va perdre du Conseil de sécurité. Les Américains ont déjà annoncé qu'ils vont droit de veto d'un tel déménagement. Cependant, c'est précisément le point. M. Abbas va perdre dans le Conseil de sécurité mais il a la voix ou au moins suffisamment de voix pour effrayer Israël et les Etats-Unis à l'Assemblée générale. Au moment de l'écriture, l'économiste a soutenu que, à tout le moins, M. Abbas va voir un jour d'être un simple «entité. 'Cela se traduit pas beaucoup de changement sur le terrain, mais M. Abbas fera en sorte que son existence est plus que juste un fait amusant pour les politiciens israéliens et américains de droite. Les Palestiniens devront être traités comme une nation - même si elle est l'une sans terre viable. Plus important encore, M. Abbas sera justifié d'avoir une force armée. Plus important encore, c'est la première fois que M. Abbas a été capable de se projeter comme «combat» pour le peuple. Toute défaite au Conseil de sécurité par le biais du droit de veto devrait américaine prouvera que ce n'est pas M. Abbas qui a été une pierre d'achoppement à la paix, mais Israël et l'Amérique. Si M. Abbas obtient le vote de l'Assemblée générale comme il est prévu à -, il deviendra très clair pour le monde que l'insistance américaine et israélienne pour les négociations sans conditions préalables est l'insistance d'un tyran cour de l'école plutôt que quelqu'un qui est intéressé à faire la paix. M. Abbas sera également en mesure de montrer aux Palestiniens qu'il a trouvé une façon de lutter pour eux, sans encourir des représailles violentes de la part d'Israël. Soudain, M. Abbas ne peut se présenter comme un combattant intelligent plutôt que pour les gars du Hamas. Maintenant, la communauté internationale doit agir pour soutenir la transition de M. Abbas. Il n'ya aucune raison morale ou logique pour le peuple palestinien de ne pas avoir "un Etat." Tant les Palestiniens et les Israéliens conviennent qu'ils ont besoin d'un «deux États» solution. Cependant, cela n'arrivera pas tant que d'un seul côté est considéré comme un état. La responsabilité principale est Israël. La nation israélienne a fait valoir qu'il veut être laissé seul par ses «hostiles» voisins arabes. Peut-être cela était vrai dans les années 1960, cependant, cette moins en moins. En 2002 et 2006, l'Arabie Abdallah a proposé qu'Israël se retire aux frontières de 1967 en retour de la reconnaissance diplomatique par les 22 membres de la Ligue arabe. Israël a même refusé d'envisager cela - et ce en dépit des appels par le président américain Barack Obama à utiliser les frontières de 1967 comme base de négociations. Les colonies sont illégales et leur construction sur les territoires reconnus comme palestiniens aussi efficacement une invasion. Si Israël veut mettre fin au terrorisme contre ses citoyens, elle doit arrêter la construction de colonies et d'apporter de nouveaux immigrants juifs en Israël frontières de 1967. Le Sharm El-Sheikh rapport présidé par l'ancien sénateur américain George Mitchell trouvé qu'il y avait une corrélation directe entre la construction de colonies et les attentats suicides. Arrêtez la construction de colonies et de vous arrêter les kamikazes. Comme un trader de devises juives j'ai rencontré a dit, "Bien sûr, les Palestiniens lancent des roquettes sur nous - nous les avons enfermés dans des cages -. Qu'est-ce que vous attendez d'eux" Si Israël était prêt à arrêter les bâtiments de règlement et revenir à ses frontières de 1967, il serait plus facile pour M. Abbas et d'autres dirigeants palestiniens pour vendre l'idée que le peuple palestinien à renoncer à leur droit à retourner à la maison leur a été refusé sortir hors et surtout d'accepter l'existence d'Israël comme un Etat juif. Même le Hamas a accepté de reconnaître la «réalité d'Israël", donc il ya de l'espoir si Israël montre une volonté de redonner la terre qu'il a prises. D'autre part, les Palestiniens ont besoin de leadership qui prend la responsabilité de ses propres actions. Arafat avait le charisme, mais comme un ami algérien de la mine a fait remarquer - "Cet enfant de salaud, tout volé." Palestiniens doivent trouver une façon de rendre le peu qu'ils ont pour eux. Ils ont la merci du monde musulman pour leur fournir l'argent et des routes commerciales. Palestiniens parlent l'arabe, le langage universel de plus de 100 millions de personnes. Ils ont l'éducation et ils sont paradoxalement assez proche d'Israël à profiter d'une économie de travail qui est bien branché dans le monde occidental. L'Occident doit aussi aider la Palestine se transformer en quelque chose comme la Turquie - un État démocratique fort, où la majorité des gens se trouvent être musulmans. M. Abbas a trouvé son groove - Espérons qu'il reste sur un rouleau - elle pourrait conduire à quelque chose de spectaculaire et sans précédent - la paix et la prospérité dans une région connue pour la violence.

No comments:

Post a Comment